Header image  

Sans pain, sans fricot, au treizième
on n'boit que de l'eau !!

 
 
 
 

L’HOMMAGE OFFICIEL A UN OFFICIER DES TROUPE DE MONTAGNE .

Peut-être un signe du destin, mais à l’instant où la dépouille mortelle du lieutenant Stéphane Cloarec rejoignait hier matin le centre de la place d’armes du quartier Roc Noir à Barby, un rayon de soleil printanier est venu illuminer la cérémonie d’hommage à un soldat de montagne, mort au service de son pays le 20 mars 2006 sur un glacier de la région de Zermatt. «Un dernier adieu» à ses compagnons d’armes rassemblés autour de son épouse, de ses parents et de sa famille et auquel avait tenu à associer le préfet de la Savoie, Christian Sapède ainsi que des élus de la nation en la personne de Dominique Dord, député-maire d’Aix les Bains, de Roland Tissot, maire de Barby et de Michel Arnaud premier adjoint de Challes les Eaux. Porté par deux lieutenants, deux de ses camarades de promotion et deux militaires du rang de la section de renseignement, le corps de Stéphane a été déposé face à l’ensemble des personnels du Bataillon dans lequel il avait choisi de servir. C’est là, au pied de «ses montagnes », que va lui être décerné à titre posthume, l’étoile d’éclaireur skieur du 13, la Croix de la Valeur Militaire avec étoile de bronze et les insignes de chevalier de la Légion d’Honneur des mains de Philippe Marland, directeur du cabinet civil et militaire du ministre de la défense. Dans son hommage funèbre, ce dernier s’est attaché en quelques phrases émouvantes à souligner les qualités d’un homme ayant fait choix de se consacrer à deux idéaux, la montagne et le service de son pays.

«Un officier de valeur, au sens élevé du devoir vient de disparaître après une carrière trop brève. Un soldat devant lequel je voudrais m’incliner avec fierté pour ne pas oublier son exemple… La famille militaire est meurtrie et choquée de cette disparition brutale… Puisse l’esprit montagnard faire accepter également un peu de notre réconfort et de notre soutien à son épouse, Myriam et à sa petite fille Enora… Mon lieutenant vous faites partie de ceux qui sont allés au bout de leur vocation et de leur passion et je vous en remercie au nom de la France» Au son d’une marche funèbre et sous un ciel redevenu bleu Stéphane Cloarec est parti pour son dernier voyage. Celui qui va le voir rejoindre sa région natale, la Bretagne où dans l’intimité il va être inhumé dans le petit cimetière de Moelan.

Stéphane Cloarec, un soldat de métier

Après un service militaire effectué en 1992 au 6ème Bataillon de chasseurs alpins, Stéphane Claorec choisit de s’engager à l’Ecole militaire de haute montagne de Chamonix. Un an plus tard, le galon de sergent sur l’épaule, il rejoint le 13ème Bataillon de chasseurs alpins de Chambéry. Motivé par le métier des armes, il réussit le concours d’officier en 2001. Après un cursus de formation de deux ans, ce passionné de montagne revient au Bataillon de Savoie comme lieutenant. C’est là, que tout en commandant, ses cadres et ses chasseurs, il va continuer à se perfectionner en montagne jusqu’à obtenir la quasi-totalité des diplômes autorisant à emmener un détachement militaire en haute montagne. Durant sa carrière, il avait effectué plusieurs séjours en opérations extérieures, notamment sur les théâtres d’ex Yougoslavie et de Côte d’Ivoire. Il était titulaire de la médaille de la défense nationale, de la médaille d’outre mer et de la médaille commémorative ex-Yougoslavie. C’est au cours de son stage de chef d’unité hiver de montagne qu’il est allé à la rencontre de son destin sur la blancheur immaculé d’un glacier.

23/03/2006